AKRO'ELAGAGE

 

Frédérick RIDEL

et

Aurélia Trémorin

 

Mayenne-Orne-Sarthe-Calvados

Devis gratuit

02.43.04.86.17

06.79.71.09.60

ridel.frederick@orange.fr

tremorinaurelia@yahoo.fr

 

 

TRAVAIL DANS LE RESPECT DU VEGETAL

 

Frédérick Ridel - Arboriste grimpeur élagueur 

Toutes les compétences pour vos travaux d'élagage et d'abattage d'arbres

Arboriste-Grimpeur-Elagueur Diplômé

 

  • Toutes hauteurs - Travail sur cordes
  • Abattages délicats
  • Démontages
  • Taille douce, raisonnée
  • Diagnostic

 

ET

 

 

Aurélia Trémorin - Paysagiste-conseil

Je réalise le jardin de vos rêves, selon vos souhaits, mais avec les conseils adéquats, en le dessinant à la main, en couleurs

Diplômée en Arts Plastiques et en Jardins Espaces Verts (CCTAR)

 

 

  • Plans de création de jardin avec conseils

 

 

Elles se régalent des aiguilles de pin et affaiblissent les conifères. Les fameuses chenilles ont en outre des propriétés urticantes pour les hommes et les animaux.

C'est sans doute lié au réchauffement climatique. Depuis quelques années, les chenilles processionnaires du pin remontent du Sud vers le Nord. Elles sont de plus en plus nombreuses à Alençon.

Lionel, un habitant du quartier de Courteille, connaît bien le problème. Il habite juste à côté du petit square Lasseur, là où trône un imposant pin noir d'Autriche, pin colonisé par les fameuses chenilles. « Elles sont arrivées voici une dizaine d'années. Au début, il n'y avait qu'un nid. Cette année, on en compte une soixantaine. » Chaque nid peut abriter des dizaines, voire des centaines de chenilles.

Papillon nocturne

Tous les ans, c'est pareil. Dès les premières chaleurs, en mars, les chenilles quittent leur nid. Elles descendent de l'arbre, à la queue leu leu, d'où leur nom de processionnaires (les files peuvent atteindre plusieurs mètres). Une fois au sol, elles vont chercher un endroit où s'enterrer.

En été, chacune d'elles après transformation donnera naissance à un papillon nocturne. Chaque femelle peut pondre jusqu'à 200 oeufs qui donneront, en début d'automne, autant de chenilles qui vont reformer de nouveaux nids où elles passeront l'hiver. La boucle est bouclée.

« C'est un vrai problème, constate Jean-Michel Pichard, responsable des espaces verts de la ville. Les chenilles se nourrissent des aiguilles de pin. Elles affaiblissent les arbres. On a déjà dû en abattre deux. » Les chenilles sont en outre urticantes. Le contact avec leurs poils peut entraîner chez l'homme des démangeaisons, des troubles oculaires ou respiratoires. Chez le chien, on peut observer une nécrose de la langue qui le condamne à terme.

Arrêter leur progression

On le comprend, les chenilles processionnaires du pin ne sont pas les bienvenues en ville. Ses prédateurs naturels, les mésanges et quelques autres oiseaux insectivores, ne suffisent pas à réguler l'espèce. Devant l'ampleur du problème, la ville fait désormais appel à une entreprise privée.

« D'habitude pour nos interventions, on monte dans les arbres avec des cordes. Là, on préfère travailler avec une nacelle, note Frédérick Ridel d'Akro'élagage. On coupe les bouts de branche portant des nids et on les brûle ensuite. C'est vrai qu'on en voit de plus en plus. »

Il faut intervenir assez tôt avant que les chenilles n'aient quitté leurs nids. Cette fois, l'opération menée pendant trois jours s'est faite un peu tard. Certains nids étaient vides. L'été, le service espaces verts installe des pièges aux papillons mâles à partir de phéromones de synthèse qui rappellent l'odeur du papillon femelle. Tout est bon pour que les chenilles arrêtent leur procession.